jeudi 10 août 2017

Winterreise (écho au joyau à Mehringdamm)



                                                                  Mehringdamm
                                                synchrones dans les paroles des allées
                                                     mon bijou n'est pas un bijou


                                                                                 ◊


Les uns déclinent tout ordre, les autres ordonnent. Cet ordre ne faisait état de rien, ni de son origine ni de sa visée. Seuls les papiers font état d'identité, de cet état on n'expulse personne, il ne manquerait plus que ça. Nous ne sommes pas envieux du bonheur des autres. Nous remplissons des ordres, faisons état d'ordonnances, ordres d'interner ceux qui devraient en réalité être expulsés. Nos sifflets conspuent même le pauvre réfugié. Et ça ne suffit pas. Le vent joue à se tripoter, le vent veut aussi s'amuser, il vient, il jouit !,ça lui vient, ça gémit, ça gémit. Quelque chose cliquette par ici. On pare la mariée. Comprenez-vous ce que ça signifie, on pare la mariée ?, pour qu'elle semble plus riche et que quelqu'un lui plante une enseigne, je veux dire, quelqu'un lui implante la vérité ? Mais derrière la vérité se planque toujours quelqu'un, derrière la vérité se cache toujours une tête bien faite qui au bon moment la retient.

                                                   _ Elfriede Jelinek, Winterreise, 
                                            Traduit de l'allemand (Autriche) par Sophie Andrée Herr
                                                                [Éditions du Seuil]