lundi 27 mars 2017

Persienne ( pour la hampe )


                  Ta sève tente l'essor
                  arpente la nuit soulevée
                  en pierre de sang

                  (fer)
                 des coulées
                 brûlantes
                 sur la voûte

                 empresser le pas
                 le coeur filant
                 vient

                 à mon odeur
                 entailler le goût
                 pour lécher le suc

                 (bois)
                ma pièce s'étend
                dépeinte par l'axe
                ténu des salives

                 (nuance)
                après l'écoulement de l'arbre
                glisse ton ombre dans la claire-voie
                l'imaginaire est une passerelle subtile

             
                 

mercredi 22 mars 2017

La larme d'Herta Müller sous la frange


La frange sur l'anneau



Le papier de soie blanc froufroute dans la boîte.
Sur le papier une larme en verre.
Avec un trou dans la partie supérieure.
Dans son ventre un sillon.
Sous la larme un billet écrit par Rudi :
         " La larme est vide.
            Remplis-la avec de l'eau. De l'eau de pluie de préférence. "


        _ Herta Müller, Der Mensch ist ein großer Fasan auf der Welt
                   L'homme est un grand faisan sur terre. [ La larme ]
                               Traduit de l'allemand par Nicole Bary


dimanche 19 mars 2017

La baie

Il est déjà tard
un homme révèle une femme
il prend sa taille indécise
la croque d'une baie
béante sans âge
il est tard
déviant


samedi 18 mars 2017

Seda cruda


                                                           Lhasa de Sela, What kind of heart 
                                                                     [ Album : Lhasa, 2009 ]



              En aquest punt les onades començaren a encabritar-se.
Una de mès ardida es desféu contra el vaixell deixà gotes d'aigua en el front d'Ala Liz i en les seves parpellesque s'abaixaren.
                                 
             À ce moment-là les vagues commencèrent de se cabrer.
L'une d'elles, plus hardie, fondit sur le navire et humecta le front d'Ada Liz
et ses paupières qui se baissèrent.


                     _ Mercè Rodoreda, Semblava de seda i altres contes  [ Ada Liz ]
                                     Comme de la soie. Traduit par Christine Maintenant



La devise et l'enroulement dans la langue : Maria Mercè Marçal et Leonor Fini


Leonor Fini, L'enroulement du silence. 1955


                                          DIVISA

                                          A l'atzar agraeixo tres dons : haver nascut dona,
                                          de classe baixa i nació oprimida.
                                               I el tèrbol atzur de ser tres voltes rebel.


                                          DEVISE
                                          Je remercie le hasard de trois dons : être née femme,
                                          de basse classe et de nation opprimée.
                                               Ainsi ce trouble azur de me faire trois fois rebelle.


                                                        _ Maria Mercè Marçal, Trois fois rebelle
                                                                  poème traduit par Anna Serra
                           
         

                                                   
                                                                  Levée douce avec elles deux
                                                                  sensualités franches langues de chat
                                                                  une combinaison immortelle
                                                                  décroisement des errances.
                                                                  Prosopopée



vendredi 17 mars 2017

lundi 13 mars 2017

La valse des sens


Humain amour
illusions blanches
la liaison est si belle
écarlate de ses propres sens
au banc d'épines à haut les coeurs
eau-forte de la correspondance
nivelle les corps empêchés.
Il n'est de pesant dans ma voix
qu'un souvenir du contre-jour.
Je suis dans le commun du canal
en portes écoutées et ponts inlassables
écluse cavalière pour te rejoindre
de nature je crie à fleur au fond
et tu te hasardes en demi-tour.



dimanche 12 mars 2017

lundi 6 mars 2017

Une brève histoire des lignes de Tim Ingold - Maia


                                   Les murs étaient des gratte-ciel sans dehors
                             les femmes serraient leur taille comme le vertige
                             mais les bons jours souriaient avant toute mesure
                             d'une conception en escalier pour se perdre.
                                  J'ai fait des liens sur l'échiffre
                                  de ce que j'ai lu sur la veine de Maia
                                  une trace - le présent - un ouvrage
                                  ce qui était à hauteur tangible.
                                                                          
                                                                              ◊

On ne peut évidemment pas se contenter de voir la surface comme une toile de fond conçue expressément pour que des lignes s'inscrivent dessus. Car tout comme l'histoire de l'écriture s'inscrit dans l'histoire de la ligne, il ne peut y avoir d'histoire de la ligne qui ne soit aussi celle des rapports, fluctuants, entre les lignes et les surfaces. [...] 
                                                       _ Tim Ingold, Une brève histoire des lignes
                                                                traduit de l'anglais par Sophie Renaut
                                                                        [ Éditions Zones sensibles ]



vendredi 3 mars 2017

Tant qu'il y aura la poésie par Christian Prigent ( et le juban )



                                                             Faire déjà la figure d'une montagne
                                                             souligner la force moite de la pente
                                                                    un juban en forme de chaos
                                                       
                                                                             
                                                                                            ◊
 
_ Tant qu'il y aura ça, au moins ça ( c'est-à-dire qu'il y aura du parlant, de l'humain, de l'humain inquiet ), il y aura une exigence de "poésie". Et d'abord bien sûr contre la poésie, dans le meurtre de la poésie, dans la poésie comme mise en cause de la poésie.
Et dans des formes bien évidemment imprévisibles. Dans des formes qui ne seront  jamais que des trous d'indéfinition dans les formes sues, les images fixées, les codes appris, les objets labellisés " littéraires". Des formes qui feront difficulté et rupture parce qu'elles décideront justement d'une impossibilité de clore, de conclure, voire de faire "oeuvre". Des formes qui mettront à chaque fois la littérature en crise. Des formes qui seront quelque chose comme le nom de cette inquiétude qui pousse à ne pas se contenter de l'expérience du monde telle que la fixe la langue que nous parlons ensemble mais à re-présenter et à piéger cette représentation - à la refaire.
                                                   _ Christian Prigent, À quoi bon encore des poètes ?




mercredi 1 mars 2017

Pardessus



                               Les uns dédaignent la fibre, les autres brûlent le baiser.