dimanche 26 février 2017

The barefoot dance of the dove



                                                                    Radiohead, Present tense, 2016
                                               Thom Yorke, Jonny Greenwood and a CR78
                                                                       [ A Moon Shaped Pool ]


                               By the dove's annihilation,
                               The glory
                               The power, the glory.
                                                _ Sylvia Plath, Brasilia 




samedi 25 février 2017

Cirrus volubile


                                              Cirrus est personne
                                              être fort sans le corps sangle
                                              ni homme donné ni femme prise
                                              ni animal qu'est pourtant son tombé
                                                 _ dites-lui qu'une tourterelle gémit.
                                              Entendre l'appui en ouvrant les parenthèses
                                              et puis les esses sur les hanches mixtes
                                              des filaments derrière sa taille droite
                                              gravir la langue sur un bout d'aile
                                              la cambrure d'une côte en long
                                              relief crayeux de côte en côte
                                              et sa bouche fend la toile
                                              deux bouts là - à l'envers
                                              et torque là - en liane
                                              plastron de serge
                                              Cirrus vibre



jeudi 23 février 2017

Tissage : le fil rouge de l'araignée sur un lit de fleurs


                             
                                                                            Witch's cradle, 1943
                                                                       Réalisation : Maya Deren
                                            Acteurs : Marcel Duchamp & Anne Matta Clark

Voici ce qui se passa un jour au Paradis. Çakyamouni flânait, seul, le long du bord de l'étang des Lotus. Les nénuphars épanouis avaient une blancheur de perle et, du coeur de chacune des fleurs, les corolles dorées épanchaient sans cesse à l'entour un délicat parfum indiciblement doux. C'était le matin, semblait-il, au Paradis.
                                                                _ Akutagawa Ryûnosuke
                                      VII, Le fil d'araignée, RASHÔMON et autres contes
                                                                            Traduction d'Arimasa Mori



mardi 21 février 2017

Ravissement expiré



J'ai, est-ce une couleur ?
le vent ondule dans des oeillets
carnation chaude métallique
ou incarnat de la déclaration
vermeil
ta mouvance dans mon iris
ou la question de ton ombre
effilée
sur moi
impalpable
à la lueur vive.
J'ai, n'est plus vertical
étendue comme une plaine
millefeuille dans tout le corps.
J'ai, un tourbillon coagulé.



samedi 18 février 2017

vendredi 17 février 2017

mercredi 15 février 2017

Les lucioles comme jamais


                                                  


                                                          5. Entrée des machines
                                                                       Littérature et photographie


                        1. D'un langage de surface.
                        On le sait : il n'y a d'activité humaine, artistique ou non, encore moins littéraire, que de surface. Ainsi de milliards d'hommes appliqués par la plante des pieds sur l'immense pelouse de terre et qui n'ont que faire du contenu ; ainsi des façades des maisons et des buildings qu'ils lui posent perpendiculairement dessus ; ainsi des draps qui sèchent : ainsi de l'horizon qui est comme l'électrocardiogramme du mourant, l'horizontal narguant le vertical ; ainsi des toiles que peignent les peintres après s'être assurés qu'elles étaient bien tendues entre leurs cadres en bois ; ainsi, également des feuilles de papier, format international, sur lesquelles les écrivains s'acharnent toujours à déposer et à étaler leur encre ou à frapper du carbone ; ainsi de notre peau qui est le peu que nous connaissons de notre corps, même si un doigt ou une langue ou un sexe part, ici et là, en exploration dans un trou de la partenaire ...

                                                                                                    ◊



J'ouvre des images,
l'aube insolente prend mon rêve.
La sensation gardée est celle d'une forme noire animale 

en posture d'immortelle.
Elle parle aux nues glorieuses à la rencontre des veines,

ces choses longues au tourment d'amas, cher amour au grain.
Mais encore ces images hybrides que seul un tricot de mèches délayées couvre de sens, entrer au-dedans, est-ce l'âme dévêtue ?

__ c'est profond, un dessein. 
  Pas un bruit pour l'étrangeté, 
  je tends cette forme à l'abri. 

                   Le Champ originel, 5 octobre 2016
Paul Valéry me parle encore de peau ( dialogue intérieur )



En réponse le même jour, tu traces l'essor de la Dédoublée
Deux ailes sans parallèle. Ligne gauche et blanche. Bleu du ciel.



 Je déploie comme jamais la texture de la mémoire.



The veil ribbon with the red shoes



If I had a ribbon bow
To hide my hair
If I had a fancy sash
My own true love would find me fair
                           

                                                                            Karen Dalton, Ribbon Bow. 1969
                               [ It's So hard to Tell Who's Going to Love You The Best ]
                                                                                                                           



lundi 13 février 2017

vendredi 10 février 2017

Espacement




                                                                    Regain
                                                                    immersion
                                                                    réminiscence assassine
                                                                    les doutes sont des lacis
                                                                    dans le dédale de nos corps
                                                                    les failles en haleine aimantent
                                                                    aux charnières des portes.
                                                                 Je perçois ce qui est là, dedans.
                                                         Un soufflet double en perspective
                                                         jeu du balancier à l'implicite de nos mots
                                                         mais tous ces noeuds sur la corde
                                                         d'une pièce à une autre
                                                         à contresens et contrevent
                                                         ellipse et illusion
                                                         tout jaillit remplit et fuit
                                                         c'est l'entrelacs de l'espacement.





jeudi 9 février 2017

Vegetal anatomy / Exuberance



                                                                  Nick Cave & The Bad Seeds
                                                               Magneto, Skeleton tree ( 2016 )


                                                                  Exuberance is Beauty.
                                                                            _ W. Blake [ Proverbs of hell ]



mercredi 8 février 2017

Le pantalon milleraies . Feu le monde : Beckett et Ghenie


Adrian Ghenie
The red is on fire, oil on canvas, 2008.
©the artist Courtesy : Tim Van Laere Gallery Antwerp Belgium

                                                                                .
                                               
                      LE CLIENT : Dieu a fait le monde en six jours,
                      et vous, vous n'êtes pas foutu de me faire un pantalon en six mois.

                      LE TAILLEUR : Mais monsieur, regardez le monde
                      et regardez votre pantalon.


                                                 
                            C'est là que parfois le temps s'assoupit,
                            comme la roue du compteur quand la dernière ampoule s'éteint.
                            C'est là qu'on commence enfin à voir, dans le noir.
                            Dans le noir qui ne craint plus aucune aube.
                            Dans le noir qui est aube et midi et soir et nuit d'un ciel vide,
                            d'une terre fixe.
                            Dans le noir qui éclaire l'esprit.
                                                                                   .

                                           _ Samuel Beckett, Le monde et le pantalon
                                                          suivi de Peintres de l'empêchement
                                                                               


                                                     
                         Des boucles naturelles sur les côtes
                           entre les dents serrées du peigne
                              persistance dessus dessous.





Les lèvres de corail : s'écouler





samedi 4 février 2017

De toile en toile ( Komm Zurück )



Marianne Breslauer, Mannequin , Berlin. 1932


                                                                  Force de gravité au droit fil
                                                                    je te parle dans la nuit
                                                                       armure détrempée.
                                                                         Toi, le chat noir.