lundi 30 janvier 2017

Le cri ineffable des mères des eaux intérieures: M. Duras et E. Riva





                    _ Que fait-il ?
                    _ Vous savez, il garde.
                    _  La mer ? 
                    _  ( hésitation ) Non ...
                    _  Le mouvement de la lumière ?
                    _ ( hésitation )  Non...
                    _  Le mouvement des eaux ?
                    _ Non...
                    _  La mémoire... ?
                    _  Ah, peut-être ... peut-être ...

                                           
                                      _ Marguerite Duras, La Femme du Gange
                                                                                   
                                                                                ◊
                                                                                 
                                                  " Un fer de feu dans l'eau de la rivière ...
                                                    la terre pousse le cri de la fin des vendanges. "
                                                                             
                                                                                            _ Emmanuelle Riva

                                       Extrait : Au bord du ruisseau planétaire, Ratimir Pavlovic
                                                    ( Nouvelles Éditions Latines )



                             Je vous écoute à l'invisible.
                             Je vous lis au rivage de mes dérives. Encore.
                             Enrouler vos voix indéfiniment. Encore.
                             C'est le sentiment au fond de vos corps ... en allée. 
                             Vos mots illimités tel un ensemencement.


                         
                           
                 

dimanche 29 janvier 2017

Phosphoros ( La figure à l'espace )




                            Nid de lames de faux dans les poches des langues étiolées.
                                       Impossible. Retour. Ultime fois.
                            Voie impériale des perruches chassées du vif bercement
                            criée à notre oubli
                                       insaisissable pluriel au terrible recommencement.
                            Je t'entends soutenir la colonne
                            port de tête comme l'oiseau.
                            Rêve sur un jute fait d'eucalyptus
                            percé d'une modestie à échelle
                                      jusqu'au désordre nouveau des palais découverts.
                           Tous les jours d'usage retiennent le parfum des vols écoulés.
                           Immuables les aires d'inconscience.




vendredi 20 janvier 2017

Festonnement ( la face cachée )



                                              Tu détoures et tu cernes le don de Vénus
                                               tu creuses des sillons dans sa paumelle
                                               des déchirures musquées sur la tour de Babel
                                                    _  mais jamais tu n'entendras leur capitale.
                                                          L'éminence des haies sauvages
                                                          où je ne suis qu'une ombre paumée
                                                          vis-à-vis de ton intérieur et des tracés
                                                          toujours l'impossible droit à l'arcane.



mardi 17 janvier 2017

Le lait des voilures ( débordement )


                                     
                                         Je rejoins les mains en tête de serpent opaline
                                         et les porte sur la figure double des routes éthérées.
                                                  La caravelle dans la bouche
                                                  des membrures à écailles
                                                  une pente enroulée.
                                         Monologue de l'hybride à coeur,_ qu'il soit mythe !
                                         Bordé ou le biais des vagues ou sole ou rocher.
                                         Je veille au dérivé de chaque siffle.


                                     

mercredi 11 janvier 2017

Cher acmé




                                                        La pluie tombe en écho
                                                        je me relève des étages
                                                        la main au lion pansant
                                                        dans l'instance du cercle
                                                        des feuilles mouillées
                                                        coulures des lignes
                                                               contre le corps sec
                                                               contre les paupières
                                                               contre tout contre
                                                         la paroi de tes mots


           
                     

dimanche 1 janvier 2017

Le repère animal




  Un enfant pleure
  sous le manteau noir foyer des massifs
  dévisagent la brume déversée par la salve.
  Découverte.
  L'enfant crie
  sous ton manteau de cendres la tête de ton amour
  perce l'infini froid infiniment sec infini et infini fer de lance.
  Reprise (affûtée).
  Changement de sens.
  L'enfant s'endort
  sous ton armure il est toi pression du mois infini et laiteux la césure
  entaille la distance givre-volute à la saillie du sommeil inversé.
  En haut des arbres, les boules de suie éclaircissent un regard.