mercredi 23 août 2017

jeudi 10 août 2017

Winterreise (écho au joyau à Mehringdamm)



                                                                  Mehringdamm
                                                synchrones dans les paroles des allées
                                                     mon bijou n'est pas un bijou


                                                                                 ◊


Les uns déclinent tout ordre, les autres ordonnent. Cet ordre ne faisait état de rien, ni de son origine ni de sa visée. Seuls les papiers font état d'identité, de cet état on n'expulse personne, il ne manquerait plus que ça. Nous ne sommes pas envieux du bonheur des autres. Nous remplissons des ordres, faisons état d'ordonnances, ordres d'interner ceux qui devraient en réalité être expulsés. Nos sifflets conspuent même le pauvre réfugié. Et ça ne suffit pas. Le vent joue à se tripoter, le vent veut aussi s'amuser, il vient, il jouit !,ça lui vient, ça gémit, ça gémit. Quelque chose cliquette par ici. On pare la mariée. Comprenez-vous ce que ça signifie, on pare la mariée ?, pour qu'elle semble plus riche et que quelqu'un lui plante une enseigne, je veux dire, quelqu'un lui implante la vérité ? Mais derrière la vérité se planque toujours quelqu'un, derrière la vérité se cache toujours une tête bien faite qui au bon moment la retient.

                                                   _ Elfriede Jelinek, Winterreise, 
                                            Traduit de l'allemand (Autriche) par Sophie Andrée Herr
                                                                [Éditions du Seuil]


samedi 5 août 2017

Loupe de perle


Une perle pleine tombe
sa soif d'hier caresse le macadam
ainsi la sensation tue le besoin
dans sa bouche grenat acide


jeudi 3 août 2017

Viel zu erzählen




 Et déjà le manteau roule sur le corps
 c'est comme ça que les fibres se pelotent
 au retour lent d'une carte maculée d'infimes
 les impressions cardées n'ont pas de forme
 c'est comme aussi écrire le poème
 tout de liquide - chronique éclaboussante
 au tout qu'il faudrait habilement broder
 des embruns de miroir
 du conte mirifique
 étirer la litote 



vendredi 28 juillet 2017

jeudi 20 juillet 2017

lundi 17 juillet 2017

Le justaucorps


La lettre est pliée
une ellipse peut être
virevolte au déploiement
       elle : induit deux caractères
le regain pour l'astre parlant
l'élévation les yeux ouverts


dimanche 9 juillet 2017

Louve basse : l'infime nuance



                                     ... je t'ai déclaré l'infime nuance bien vivante

                                                                                ◊
                                                                           
C'est un brillant venteux matin à demi-lune bleu-de-Chine dans le ciel et Ariane dormant s'abandonne délicatement au sommeil, étendue sur le lin, et des amours ailés veillant autour d'elle ( " Le chemin qui mène de l'éthique à la politique est parsemé de cadavres " ). On devine le silence du paysage fabuleux : l'île de Naxos, l'exotisme théâtral d'un sphinx de pierre et des constructions qui servent de fond. Une nature minutieuse et recherchée, faite de touffes, de feuillages, de cystes, d'autres buissons épineux, accentue encore l'impression désastreuse de la scène. Tout ce qui décore les murs est placé à la hauteur des spectateurs, l'espace semblant ainsi se dilater au-delà des arcades et des colonnes, donnant l'illusion d'un horizon lointain et clair dominé par des galeries, des arcs de triomphe et des pyramides. Une lubie de masse, à quoi nous mène ce boulot plus la vue plongeante, depuis la pièce où j'écris, sur le jardin de l'Institut des sourds-muets.

   Gombrowicz :
   " Lui avec une jambe nue et elle avec une jambe nue. "
   et plus loin :
   " ... ignoriez-vous ce détail de ma biographie ? "

   Ecrivains engagés, avec vos dos ocellés, la photo vous départagera.
   Comme les " yeux " sur le bouillon.


                                               _ Denis Roche, Louve basse
                                                       [ Éditions du Seuil ]


                 

lundi 3 juillet 2017

dimanche 25 juin 2017

Rafale


Un papillon se tient à mon âme
des lettres drues et des silences
en suspension.
   Le col de ses lèvres dans la cadence
        épelle un signe et s'en retourne
        flore-fière-fileuse générosité
         ‒ un vent puissant me gifle



lundi 19 juin 2017

Life, life : And This I Dreamt, and This I Dream



                                                          Ryuichi Sakamoto, Life, life
                                                             Poem : Arseny Tarkovsky
                                                                 Voice : David Sylvian
                                                                 [Album : async, 2017]




And this I dreamt, and this I dream,
And some time this I will dream again,
And all will be repeated, all be re-embodied,
You will dream everything I have seen in dream.

To one side from ourselves, to one side from the world
Waves follows wave to break on the shore,
On each wave is a star, a person, a bird,
Dreams, reality, death - on wave after wave.

No need for a date : I was, I am, and I will be,
Life is a wonder of wonders, and to wonder
I dedicate myself, on my knees, like an orphan,
Alone - among mirrors - fenced in by reflections :
Cities and seas, iridescent, intensified.
A mother in tears takes a child on her lap.



                             _ Arseny Tarkovsky
                            From : Life, life. 1965


             

dimanche 18 juin 2017

L'attente l'oubli ( expression de biais )


Expression de biais 
                                   

                              Deux paroles étroitement serrées l'une contre l'autre,
                                                                      comme deux corps vivants,
                                                           mais aux limites indécises.
                       

                                                        _ Maurice Blanchot, L'attente l'oubli


Feu tubulaire


Les platanes tombent le fuseau fumant de leur robe
odeur cuite du départ, des braises désarticulées du désir.
Et la tendresse ? demande le plus haut des bancs
― réfugiée ( par morceaux ) dans le jardin des plantes
étrange captive à je ne sais plus, les jambes sagaces.
L'attente flanelle vit toujours dans l'ombre
ultime place - étrange soulèvement
qu'aucun feu olympien ne brûle
à plus encore dans le tréfonds. 



lundi 12 juin 2017

dimanche 11 juin 2017

Vélum ou être



Être à l'intérieur du tout
y être là sans attente lente
ventricule rosée, ardeur et prélude
sur la dure-mère du rebord. 
(virage par-devers soi) 
Les battements sont innés
les longs échos sont considérables
une touche transversale au charbon
et l'incandescence fendille le doigt. 
Être la roche physique
née d'une première syllabe
perçue par le premier homme
au retour cendré d'après sismique.




vendredi 2 juin 2017

Imago à l'ultra-violet ( réactivité )



                                                         Tourment levé
                                                projection sur son échine
                                       domaine de l'affect en masse de conscience
                                               l'azuré dans son indiscipline
                                                    glane l'amour donné.




mercredi 24 mai 2017

vendredi 19 mai 2017

Coeur d'eau


Au dernier pont soulevé la passion bruisse
comme des ricochets sous-entendus sur la mer.
Au premier rebond la passion encline à la vitesse
au second lancer retour de passion dans la coquille.
L'étendue prend les sursauts et les rejette à la surface
mais ce qui est coeur d'eau est intouchable.


dimanche 14 mai 2017

Carbon ( from Light : Blue Poles )



                                                Trentemøller, Where The Shadows Fall
                                       Vocals : Marie Fisker. Live in the KEXP Studio
                                                         Recorded March 11,2017



              On into otherness ?
          are we in the world after or before 
          are we or are we not magnetic force 

                      _ Inger Christensen
                    from Light : Blue poles
                [ Translated by Susanna Nied ]



vendredi 12 mai 2017

dimanche 23 avril 2017

Reprise de dune


Face-à-face dans les limbes
ma joue sans toit se creuse
― la sensation est concise
trouve l'éminence sableuse
vois l'enfoncement du point
infusé jusqu'aux souffles
de la force du tumulte
glissé entre les doigts
― dévide l'écheveau.



Herbe à femme : cultiver





mercredi 19 avril 2017

En portefeuille


La bretelle rabattue je dévisage l'attente
dans le reflet crayeux et faiblesses imbriquées
des fenêtres sur un corps dans le pavillon.
Facettes dentelées du paravent originel
d'une louve en cadre sous une apparence
et la maudite élégie de ses complaisances
_  je voudrai encore remarquer le rythme.
La tresse brune s'est défaite avec le vent fort
derrière tous les carreaux du prisme oscillant
mais les vertiges sont sourds à l'émoi
et au ganse déniché qui hurle l'amour.
Dès l'instant à la main les mèches éparses
recouvrent le jour pli à jour proche.



samedi 15 avril 2017

Émulsion de fait




                                                          Sonic Youth, Massage the History 
                                                                      [ Album : The Eternal ]



              Les mots se dressent dans notre bouche
                 sans que nous puissions malgré le coeur
                         les apprivoiser au désordre



L'emblème écarlate : réserve tactile





mardi 11 avril 2017

Éolienne


La liane au ventre
fait un bruit de chaînette
des clignements dans ses yeux

découvrir le souterrain
les douceurs sur la cale
dérober la scène

( introspection )

coulisse
sentir la marge
derrière les organes
jusqu'à l'irrigable
étroitement

La liane est un trésor tourmenté
une obstination en bataille
qui n'est plus la même




vendredi 7 avril 2017

Sur la photographie : La caverne de Platon par Susan Sontag ( Dédoublement )



Une photo est à la fois une pseudo-présence et une marque de l'absence.
[...]
Une signification nouvelle a été donnée à l'idée d'information par l'image photographique. La photo est une mince tranche d'espace autant que de temps. Dans un monde où règnent les images photographiques, toute limite ( " cadrage " ) semble arbitraire. Tout peut être séparé de tout, rendu discontinu : tout ce qu'il faut, c'est cadrer le sujet différemment. ( Inversement, tout peut être rapproché de tout. ) La photographie renforce une conception nominaliste de la réalité sociale, qui serait faite de petites unités en nombre apparemment infini, de la même façon que le nombre de photos qui pourraient être prise d'un objet quelconque est illimité. Par l'intermédiaire des photographies, le monde se transforme en une suite de particules libres, sans lien entre elles ; et l'histoire, passée et présente, devient un ensemble d'anecdotes et de faits divers. L'appareil photo atomise la réalité, permet de la manipuler et l'opacifie. C'est une conception du monde qui lui dénie l'interdépendance de ses éléments, la continuité, mais qui confère à chacun de ses moments le caractère d'un mystère. N'importe quelle photographie est chargée de sens multiples ; en effet, voir une chose sous la forme d'une photo, c'est se trouver en face d'un objet de fascination potentielle. Au bout du compte, l'image photographique vous lance un défi : " Voici la surface. A vous maintenant d'appliquer votre réflexion, ou plutôt votre sensibilité, votre intuition, à trouver ce qu'il y a au-delà, ce qui doit être la réalité, si c'est à cela qu'elle ressemble. " 


             _ Susan Sontag, Sur la photographie - Dans la caverne de Platon
                                     Traduit de l'américain par Philippe Blanchard
                                             [ Éditions Christian Bourgois ]



lundi 3 avril 2017

La chambre radiante


Quand tu te réveilleras dans cette autre chambre, bien plus radiante que le dessin dévoré d'une mousseline d'affection, ta rame creuse cédera au sabre et les habitudes seront éthérées comme un lit défait.


lundi 27 mars 2017

Persienne ( pour la hampe )


                  Ta sève tente l'essor
                  arpente la nuit soulevée
                  en pierre de sang

                  (fer)
                 des coulées
                 brûlantes
                 sur la voûte

                 empresser le pas
                 le coeur filant
                 vient

                 à mon odeur
                 entailler le goût
                 pour lécher le suc

                 (bois)
                ma pièce s'étend
                dépeinte par l'axe
                ténu des salives

                 (nuance)
                après l'écoulement de l'arbre
                glisse ton ombre dans la claire-voie
                l'imaginaire est une passerelle subtile

             
                 

mercredi 22 mars 2017

La larme d'Herta Müller sous la frange


La frange sur l'anneau



Le papier de soie blanc froufroute dans la boîte.
Sur le papier une larme en verre.
Avec un trou dans la partie supérieure.
Dans son ventre un sillon.
Sous la larme un billet écrit par Rudi :
         " La larme est vide.
            Remplis-la avec de l'eau. De l'eau de pluie de préférence. "


        _ Herta Müller, Der Mensch ist ein großer Fasan auf der Welt
                   L'homme est un grand faisan sur terre. [ La larme ]
                               Traduit de l'allemand par Nicole Bary


dimanche 19 mars 2017

La baie

Il est déjà tard
un homme révèle une femme
il prend sa taille indécise
la croque d'une baie
béante sans âge
il est tard
déviant


samedi 18 mars 2017

Seda cruda


                                                           Lhasa de Sela, What kind of heart 
                                                                     [ Album : Lhasa, 2009 ]



              En aquest punt les onades començaren a encabritar-se.
Una de mès ardida es desféu contra el vaixell deixà gotes d'aigua en el front d'Ala Liz i en les seves parpellesque s'abaixaren.
                                 
             À ce moment-là les vagues commencèrent de se cabrer.
L'une d'elles, plus hardie, fondit sur le navire et humecta le front d'Ada Liz
et ses paupières qui se baissèrent.


                     _ Mercè Rodoreda, Semblava de seda i altres contes  [ Ada Liz ]
                                     Comme de la soie. Traduit par Christine Maintenant



La devise et l'enroulement dans la langue : Maria Mercè Marçal et Leonor Fini


Leonor Fini, L'enroulement du silence. 1955


                                          DIVISA

                                          A l'atzar agraeixo tres dons : haver nascut dona,
                                          de classe baixa i nació oprimida.
                                               I el tèrbol atzur de ser tres voltes rebel.


                                          DEVISE
                                          Je remercie le hasard de trois dons : être née femme,
                                          de basse classe et de nation opprimée.
                                               Ainsi ce trouble azur de me faire trois fois rebelle.


                                                        _ Maria Mercè Marçal, Trois fois rebelle
                                                                  poème traduit par Anna Serra
                           
         

                                                   
                                                                  Levée douce avec elles deux
                                                                  sensualités franches langues de chat
                                                                  une combinaison immortelle
                                                                  décroisement des errances.
                                                                  Prosopopée



vendredi 17 mars 2017

lundi 13 mars 2017

La valse des sens


Humain amour
illusions blanches
la liaison est si belle
écarlate de ses propres sens
au banc d'épines à haut les coeurs
eau-forte de la correspondance
nivelle les corps empêchés.
Il n'est de pesant dans ma voix
qu'un souvenir du contre-jour.
Je suis dans le commun du canal
en portes écoutées et ponts inlassables
écluse cavalière pour te rejoindre
de nature je crie à fleur au fond
et tu te hasardes en demi-tour.



dimanche 12 mars 2017

lundi 6 mars 2017

Une brève histoire des lignes de Tim Ingold - Maia


                                   Les murs étaient des gratte-ciel sans dehors
                             les femmes serraient leur taille comme le vertige
                             mais les bons jours souriaient avant toute mesure
                             d'une conception en escalier pour se perdre.
                                  J'ai fait des liens sur l'échiffre
                                  de ce que j'ai lu sur la veine de Maia
                                  une trace - le présent - un ouvrage
                                  ce qui était à hauteur tangible.
                                                                          
                                                                              ◊

On ne peut évidemment pas se contenter de voir la surface comme une toile de fond conçue expressément pour que des lignes s'inscrivent dessus. Car tout comme l'histoire de l'écriture s'inscrit dans l'histoire de la ligne, il ne peut y avoir d'histoire de la ligne qui ne soit aussi celle des rapports, fluctuants, entre les lignes et les surfaces. [...] 
                                                       _ Tim Ingold, Une brève histoire des lignes
                                                                traduit de l'anglais par Sophie Renaut
                                                                        [ Éditions Zones sensibles ]



vendredi 3 mars 2017

Tant qu'il y aura la poésie par Christian Prigent ( et le juban )



                                                             Faire déjà la figure d'une montagne
                                                             souligner la force moite de la pente
                                                                    un juban en forme de chaos
                                                       
                                                                             
                                                                                            ◊
 
_ Tant qu'il y aura ça, au moins ça ( c'est-à-dire qu'il y aura du parlant, de l'humain, de l'humain inquiet ), il y aura une exigence de "poésie". Et d'abord bien sûr contre la poésie, dans le meurtre de la poésie, dans la poésie comme mise en cause de la poésie.
Et dans des formes bien évidemment imprévisibles. Dans des formes qui ne seront  jamais que des trous d'indéfinition dans les formes sues, les images fixées, les codes appris, les objets labellisés " littéraires". Des formes qui feront difficulté et rupture parce qu'elles décideront justement d'une impossibilité de clore, de conclure, voire de faire "oeuvre". Des formes qui mettront à chaque fois la littérature en crise. Des formes qui seront quelque chose comme le nom de cette inquiétude qui pousse à ne pas se contenter de l'expérience du monde telle que la fixe la langue que nous parlons ensemble mais à re-présenter et à piéger cette représentation - à la refaire.
                                                   _ Christian Prigent, À quoi bon encore des poètes ?




mercredi 1 mars 2017

Pardessus



                               Les uns dédaignent la fibre, les autres brûlent le baiser.




dimanche 26 février 2017

The barefoot dance of the dove



                                                                    Radiohead, Present tense, 2016
                                               Thom Yorke, Jonny Greenwood and a CR78
                                                                       [ A Moon Shaped Pool ]


                               By the dove's annihilation,
                               The glory
                               The power, the glory.
                                                _ Sylvia Plath, Brasilia 




samedi 25 février 2017

Cirrus volubile


                                              Cirrus est personne
                                              être fort sans le corps sangle
                                              ni homme donné ni femme prise
                                              ni animal qu'est pourtant son tombé
                                                 _ dites-lui qu'une tourterelle gémit.
                                              Entendre l'appui en ouvrant les parenthèses
                                              et puis les esses sur les hanches mixtes
                                              des filaments derrière sa taille droite
                                              gravir la langue sur un bout d'aile
                                              la cambrure d'une côte en long
                                              relief crayeux de côte en côte
                                              et sa bouche fend la toile
                                              deux bouts là - à l'envers
                                              et torque là - en liane
                                              plastron de serge
                                              Cirrus vibre



jeudi 23 février 2017

Tissage : le fil rouge de l'araignée sur un lit de fleurs


                             
                                                                            Witch's cradle, 1943
                                                                       Réalisation : Maya Deren
                                            Acteurs : Marcel Duchamp & Anne Matta Clark

Voici ce qui se passa un jour au Paradis. Çakyamouni flânait, seul, le long du bord de l'étang des Lotus. Les nénuphars épanouis avaient une blancheur de perle et, du coeur de chacune des fleurs, les corolles dorées épanchaient sans cesse à l'entour un délicat parfum indiciblement doux. C'était le matin, semblait-il, au Paradis.
                                                                _ Akutagawa Ryûnosuke
                                      VII, Le fil d'araignée, RASHÔMON et autres contes
                                                                            Traduction d'Arimasa Mori



mardi 21 février 2017

Ravissement expiré



J'ai, est-ce une couleur ?
le vent ondule dans des oeillets
carnation chaude métallique
ou incarnat de la déclaration
vermeil
ta mouvance dans mon iris
ou la question de ton ombre
effilée
sur moi
impalpable
à la lueur vive.
J'ai, n'est plus vertical
étendue comme une plaine
millefeuille dans tout le corps.
J'ai, un tourbillon coagulé.



samedi 18 février 2017

vendredi 17 février 2017

mercredi 15 février 2017

Les lucioles comme jamais


                                                  


                                                          5. Entrée des machines
                                                                       Littérature et photographie


                        1. D'un langage de surface.
                        On le sait : il n'y a d'activité humaine, artistique ou non, encore moins littéraire, que de surface. Ainsi de milliards d'hommes appliqués par la plante des pieds sur l'immense pelouse de terre et qui n'ont que faire du contenu ; ainsi des façades des maisons et des buildings qu'ils lui posent perpendiculairement dessus ; ainsi des draps qui sèchent : ainsi de l'horizon qui est comme l'électrocardiogramme du mourant, l'horizontal narguant le vertical ; ainsi des toiles que peignent les peintres après s'être assurés qu'elles étaient bien tendues entre leurs cadres en bois ; ainsi, également des feuilles de papier, format international, sur lesquelles les écrivains s'acharnent toujours à déposer et à étaler leur encre ou à frapper du carbone ; ainsi de notre peau qui est le peu que nous connaissons de notre corps, même si un doigt ou une langue ou un sexe part, ici et là, en exploration dans un trou de la partenaire ...

                                                                                                    ◊



J'ouvre des images,
l'aube insolente prend mon rêve.
La sensation gardée est celle d'une forme noire animale 

en posture d'immortelle.
Elle parle aux nues glorieuses à la rencontre des veines,

ces choses longues au tourment d'amas, cher amour au grain.
Mais encore ces images hybrides que seul un tricot de mèches délayées couvre de sens, entrer au-dedans, est-ce l'âme dévêtue ?

__ c'est profond, un dessein. 
  Pas un bruit pour l'étrangeté, 
  je tends cette forme à l'abri. 

                   Le Champ originel, 5 octobre 2016
Paul Valéry me parle encore de peau ( dialogue intérieur )



En réponse le même jour, tu traces l'essor de la Dédoublée
Deux ailes sans parallèle. Ligne gauche et blanche. Bleu du ciel.



 Je déploie comme jamais la texture de la mémoire.



The veil ribbon with the red shoes



If I had a ribbon bow
To hide my hair
If I had a fancy sash
My own true love would find me fair
                           

                                                                            Karen Dalton, Ribbon Bow. 1969
                               [ It's So hard to Tell Who's Going to Love You The Best ]
                                                                                                                           



lundi 13 février 2017

vendredi 10 février 2017

Espacement




                                                                    Regain
                                                                    immersion
                                                                    réminiscence assassine
                                                                    les doutes sont des lacis
                                                                    dans le dédale de nos corps
                                                                    les failles en haleine aimantent
                                                                    aux charnières des portes.
                                                                 Je perçois ce qui est là, dedans.
                                                         Un soufflet double en perspective
                                                         jeu du balancier à l'implicite de nos mots
                                                         mais tous ces noeuds sur la corde
                                                         d'une pièce à une autre
                                                         à contresens et contrevent
                                                         ellipse et illusion
                                                         tout jaillit remplit et fuit
                                                         c'est l'entrelacs de l'espacement.





jeudi 9 février 2017

Vegetal anatomy / Exuberance



                                                                  Nick Cave & The Bad Seeds
                                                               Magneto, Skeleton tree ( 2016 )


                                                                  Exuberance is Beauty.
                                                                            _ W. Blake [ Proverbs of hell ]



mercredi 8 février 2017

Le pantalon milleraies . Feu le monde : Beckett et Ghenie


Adrian Ghenie
The red is on fire, oil on canvas, 2008.
©the artist Courtesy : Tim Van Laere Gallery Antwerp Belgium

                                                                                .
                                               
                      LE CLIENT : Dieu a fait le monde en six jours,
                      et vous, vous n'êtes pas foutu de me faire un pantalon en six mois.

                      LE TAILLEUR : Mais monsieur, regardez le monde
                      et regardez votre pantalon.


                                                 
                            C'est là que parfois le temps s'assoupit,
                            comme la roue du compteur quand la dernière ampoule s'éteint.
                            C'est là qu'on commence enfin à voir, dans le noir.
                            Dans le noir qui ne craint plus aucune aube.
                            Dans le noir qui est aube et midi et soir et nuit d'un ciel vide,
                            d'une terre fixe.
                            Dans le noir qui éclaire l'esprit.
                                                                                   .

                                           _ Samuel Beckett, Le monde et le pantalon
                                                          suivi de Peintres de l'empêchement
                                                                               


                                                     
                         Des boucles naturelles sur les côtes
                           entre les dents serrées du peigne
                              persistance dessus dessous.





Les lèvres de corail : s'écouler





samedi 4 février 2017

De toile en toile ( Komm Zurück )



Marianne Breslauer, Mannequin , Berlin. 1932


                                                                  Force de gravité au droit fil
                                                                    je te parle dans la nuit
                                                                       armure détrempée.
                                                                         Toi, le chat noir.




lundi 30 janvier 2017

Le cri ineffable des mères des eaux intérieures: M. Duras et E. Riva





                    _ Que fait-il ?
                    _ Vous savez, il garde.
                    _  La mer ? 
                    _  ( hésitation ) Non ...
                    _  Le mouvement de la lumière ?
                    _ ( hésitation )  Non...
                    _  Le mouvement des eaux ?
                    _ Non...
                    _  La mémoire... ?
                    _  Ah, peut-être ... peut-être ...

                                           
                                      _ Marguerite Duras, La Femme du Gange
                                                                                   
                                                                                ◊
                                                                                 
                                                  " Un fer de feu dans l'eau de la rivière ...
                                                    la terre pousse le cri de la fin des vendanges. "
                                                                             
                                                                                            _ Emmanuelle Riva

                                       Extrait : Au bord du ruisseau planétaire, Ratimir Pavlovic
                                                    ( Nouvelles Éditions Latines )



                             Je vous écoute à l'invisible.
                             Je vous lis au rivage de mes dérives. Encore.
                             Enrouler vos voix indéfiniment. Encore.
                             C'est le sentiment au fond de vos corps ... en allée. 
                             Vos mots illimités tel un ensemencement.


                         
                           
                 

dimanche 29 janvier 2017

Phosphoros ( La figure à l'espace )




                            Nid de lames de faux dans les poches des langues étiolées.
                                       Impossible. Retour. Ultime fois.
                            Voie impériale des perruches chassées du vif bercement
                            criée à notre oubli
                                       insaisissable pluriel au terrible recommencement.
                            Je t'entends soutenir la colonne
                            port de tête comme l'oiseau.
                            Rêve sur un jute fait d'eucalyptus
                            percé d'une modestie à échelle
                                      jusqu'au désordre nouveau des palais découverts.
                           Tous les jours d'usage retiennent le parfum des vols écoulés.
                           Immuables les aires d'inconscience.




vendredi 20 janvier 2017

Festonnement ( la face cachée )



                                              Tu détoures et tu cernes le don de Vénus
                                               tu creuses des sillons dans sa paumelle
                                               des déchirures musquées sur la tour de Babel
                                                    _  mais jamais tu n'entendras leur capitale.
                                                          L'éminence des haies sauvages
                                                          où je ne suis qu'une ombre paumée
                                                          vis-à-vis de ton intérieur et des tracés
                                                          toujours l'impossible droit à l'arcane.



mardi 17 janvier 2017

Le lait des voilures ( débordement )


                                     
                                         Je rejoins les mains en tête de serpent opaline
                                         et les porte sur la figure double des routes éthérées.
                                                  La caravelle dans la bouche
                                                  des membrures à écailles
                                                  une pente enroulée.
                                         Monologue de l'hybride à coeur,_ qu'il soit mythe !
                                         Bordé ou le biais des vagues ou sole ou rocher.
                                         Je veille au dérivé de chaque siffle.


                                     

mercredi 11 janvier 2017

Cher acmé




                                                        La pluie tombe en écho
                                                        je me relève des étages
                                                        la main au lion pansant
                                                        dans l'instance du cercle
                                                        des feuilles mouillées
                                                        coulures des lignes
                                                               contre le corps sec
                                                               contre les paupières
                                                               contre tout contre
                                                         la paroi de tes mots


           
                     

dimanche 1 janvier 2017

Le repère animal




  Un enfant pleure
  sous le manteau noir foyer des massifs
  dévisagent la brume déversée par la salve.
  Découverte.
  L'enfant crie
  sous ton manteau de cendres la tête de ton amour
  perce l'infini froid infiniment sec infini et infini fer de lance.
  Reprise (affûtée).
  Changement de sens.
  L'enfant s'endort
  sous ton armure il est toi pression du mois infini et laiteux la césure
  entaille la distance givre-volute à la saillie du sommeil inversé.
  En haut des arbres, les boules de suie éclaircissent un regard.