dimanche 30 octobre 2016

Le manteau-vers de Marina Tsvetaeva ( et la blouse-soude )



                                                                     Te dirai-je à quoi j'ai réfléchi ? Aller
                                                                   Sous ce manteau _ par temps de pluie,
                                                                        Sous ce manteau _ ensuite la nuit,
                                              Toujours sous le manteau : même dans la tombe.

 
                                               1

                Être à jamais ton jeune homme blond,
                Dans tous les siècles !
                Suivre ta pourpre dans la poussière,
                En blouse sévère de disciple,

                Guetter dans l'épaisseur humaine,
                Ton souffle vivifiant,
                L'âme animée par ton soupir,
                La blouse gonflée de vent.

                Vaincre comme le roi David,
                Pousser la foule d'un coup d'épaule,
                En simple blouse te protéger
                De toute offense, de tout le mal du monde,

                Quand les disciples dorment, veiller
                Seul, sous le poids des paupières...
                Blouse faite pierre _ au premier coup
                Lancé contre toi par la plèbe...

                Il n'est pas vain, ce vers coupé,
                Trop aiguisé le glaive !
                Sourire aux lèvres, sur ton bûcher,
                Monter _ moi, le premier !


                       _ Marina Tsvetaeva, Le disciple, 15 avril 1921.
                       [ Poèmes de maturité. 1921-1941, Le métier ]




                                                                  La fente d'aisance garde l'allure,
                                            quand le plastron élimé la recouvre de sels.




vendredi 28 octobre 2016

La stature du désert



           Il est le bas-relief, mi-corps en démesure,
           le dernier chapitre cru du mythe foisonnant.
           Sa cuirasse vaut tous les objets moirés du vestige,
           patine endolorie.
           Il n'envisage jamais la condition vaine,
           les saccades des nuits rompues ont assailli l'arabesque de son outil.
           Râle, ne te trompe pas, au toucher, sur la figure de proue !
           Il n'est pas de vogue définie, inexorablement.




mercredi 26 octobre 2016

Les murmures imprévus



                                    Si j'ai mis le doigt sur quelque chose, je veux l'empoigner.




samedi 22 octobre 2016

Le vêtement sans fin vu par Roland Barthes. ( Pan de dos )



                                                    Les tenues de ville se ponctuent de blanc.


Qu'on imagine (s'il est possible) une femme couverte d'un vêtement sans fin, lui-même tissé de tout ce que dit le journal de Mode, car ce vêtement sans fin se donne à travers un texte sans fin. Ce vêtement total, il faut l'organiser, c'est-à-dire découper en lui des unités signifiantes, afin de pouvoir les comparer entre elles et reconstituer ainsi la signification générale de la Mode.
Ce vêtement sans fin a une double dimension :
D'une part, il s'approfondit le long des différents systèmes qui composent son énoncé ; d'autre part, il s'étend, comme tout discours, le long de la chaîne des mots ; il est donc fait, ici, de blocs superposés  (ce sont les systèmes ou codes), là de segments juxtaposés (ce sont les signifiants et les signifiés et leur union, c'est-à-dire les signes).

              — Roland Barthes, Système de la mode. [ Le vêtement sans fin ]



                           Les unis armurés
                           ennoblissent la nudité.



jeudi 20 octobre 2016

Au-dessus des vagues portées



                              J'ai effacé la raison de l'autre semblable
                       afin que la poésie deuxième soit sur ma bouche
                       tue, à bras-le-corps, vertige de la langue.
                             La réplique est une modestie vivace.



mercredi 19 octobre 2016

La rhétorique de la robe ( reprise à l'ouverture )



                                  Je reprends une artère tamisée,
                                je découds l'étiquette sur la côte brumeuse.
                                 Une fente bordée de biais suggère la délicatesse.
                                 Tomber gracile.
                                 Une verve du jour perçu dans la parementure.