dimanche 11 février 2018

La vie tranquille ( affleurée dans le vestibule )



Après des journées de solitude on finit par se plaire
dans son ignorance, par prendre avec elle d'un seul élan,
comme un bon feu.

                     _ Marguerite Duras, La vie tranquille





                                                           À la contrée du monde,
                                    elle trouve littéralement une poignée d'aurores
                                              et ce qui survient du rêve entrouvert
                                                   au levant affleure tout son corps
                                                            de ce qu'elle exprime
                                                                  ― encore ―
                                                                 pour elle seule
                                                       
                                                                              Le vestibule # la suite


                                                       

mercredi 7 février 2018

Diaphragme à même un autre


                   
                    «  (...)  l'écueil étincelant de la raison voudrait percer la nuit
                       pour épuiser mes eaux gorgées de mots et toucher l'ennui. »

                                                  À reprendre frileusement l'écriture
                                                après plusieurs jours d'obstination,
                                                   Lyne envoyait valser des images.


samedi 3 février 2018

vendredi 26 janvier 2018

Focus


           Il défigure
         la volupté formelle
          mes yeux revêt la lime
          ils dévisagent l'apprêt
          et c'est le retournement !
             — l'entaille sur l'embu
             l'illustration irradiée
                 sur le parterre
                  de la langue


samedi 20 janvier 2018

L'ouvrage | Bataille dans les entrailles


                                                L'un est sûr, l'autre fabrique 
                                      le temps imaginaire à l'ébauche perpétuelle
                                                                 [sans titre  ― L'ouvrage]
             

                                                                                    ◊

                                  .................................................................
                                  .................................................................
                                  .................................................  les glaces
                                          qui tapissaient les murs, et dont le plafond
                                lui-même était fait, multipliaient l'image animale
                                   d'un accouplement : au plus léger mouvement,
                                       nos coeurs rompus s'ouvraient au vide où
                                             nous perdait l'infinité de nos reflets.


                                                  _ Georges Bataille, Madame Edwarda
                                                     [10|18, Jean-Jacques Pauvert éditeur]




vendredi 19 janvier 2018

Veneris dies


    (...)
  je ne dis pas
       sans risque
             mais pas par mégarde
        et parfois à mi-voix
 le sauvage intraitable
     pour la lecture profonde


dimanche 7 janvier 2018

Éparse