lundi 20 novembre 2017

La masse de l'étoile ( Anvers )



                                 par nos griffes une voie piquée dans le ventre
                               distance lumineuse mais aussi grandeur précise
                                    cette équation sensuelle dans l'amplitude 


                                     

samedi 18 novembre 2017

Entrebâillure


Sois, la femme d'une vie
         dans un éclat de roche
c'est elle ta langueur dans le miroir
fracas d'amour entre les raies
et la nappe concave autographique
gravure embuée puis porte polie
en toi ou parce qu'en elle
de fière vicissitude
vous serpentez le manque
  du jeu d'hiver entre faits menus
  la disposition arrière des larmes
  une tendance converse au retour
     — ne vois pas de mise en scène
  c'est un recommencement en hélice
  sous la tenture pleine mais dévorante
  de ton double manteau d'encre
         rien prend à l'amour
         le chevron infusoire
         des uniformes chavirés
   



dimanche 12 novembre 2017

Le portant clair de novembre ( et le mythe de Barthes )


novembre, MMM #3 Bruxelles
                                        
                                 Le message est épais, ma source est astringente, 
                                                je suis entrée par le désir clé du langage
                                                                        

                                                                                    ◊

Qu'est-ce qu'un mythe, aujourd'hui ? Je donnerai tout de suite une première réponse très simple, qui s'accorde parfaitement avec l'étymologie : le mythe est une parole .  (...) On m'objectera mille autres sens du mot mythe. Mais j'ai cherché à définir des choses, non des mots.
                                                 _ Roland Barthes, Mythologies
                                                          [Le mythe, aujourd'hui]



mercredi 8 novembre 2017

Au bout du quai (K.)



                                              Jour truand jour non réfléchi
                                              retrouvailles ponctuées.
                                              Jour en mon entreprise
                                              ascenseur dans ta voix.
                                              Jour et nuit glissant
                                              loi non ceinturée.
                                              Jour fendu dans le col
                                                          là je me niche.
                                              Jour qu'il faut toucher
                                              rivière mon bassin.
                                              Jour non calculé
                                              de notre origine.
                                              Jour poudre sans fard
                                              manchette ouverte
                                              hauts nus les êtres
                                              la passante.
                                                              Jour sortie.




mercredi 1 novembre 2017

Adieu à l'impasse : plat de devant





Imparfait ou rauque if


Le vent dictait son oracle
des portées branlantes
sur la double cime
moire belladone
      il se répétait
      il touchait
      le vestige
encore une secousse aux yeux
et la sente de la faiblesse au rêve
pour concourir au même souffle



mercredi 18 octobre 2017